Le fauteuil créole kréol - ile de la Réunion

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Dossiers de l'île de la Réunion > Le fauteuil créole

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Le fauteuil créole

Cette année " Expobois " aura pour thème : " Tradition et authenticité créoles ". Cette nouvelle édition mettra l'accent sur les meubles spécifiquement demandés par la clientèle, et cela se déroulera du 10 au 19 août à la Rivière Saint-Louis..

Tous les ans il y a nécessité pour les organisateurs d'innover inlassablement chaque salon pour que les artisans puissent séduire la clientèle réunionnaise et ainsi lutter contre l'importation massive de produits d'ameublement qui sont néfastes à nos artisans.

Le mobilier créole est un patrimoine de valeur, parmi celui-ci figure le fauteuil créole.

Il est fait de tamarin (arbre endémique qui poussent dans les forêts d'altitudes des Mascareignes). Le tamarin des Hauts est de la famille des Mimosacées (acacias) et pousse exactement entre 1000 et 1500 mètres. Il fournit un excellent bois d'ébénisterie.

La plupart des grands domaines de la Réunion possèdent des meubles créoles.

Cette forme de fauteuil est de style de la Compagnie des Indes. Son encadrement est fait de tamarin ou de natte vernis, lustrés et son assise est cannée de rotin.

Ce type de fauteuil équipe les varangues créoles, ouvertes où l'on prend le frais. Il évoque la sieste et la conversation. Il est placé dans cette pièce et est en général au nombre de quatre au moins. Ils sont accompagnés
d'un guéridon sur lequel trône un cache-pot en cuivre contenant un " fanjan " de capillaires ou de fougères ; et dans un coin une sellette coiffée d'un beau napperon fait au crochet supporte un autre " fanjan ", orgueil de la maîtresse de maison puisqu'elle bichonne les moindres pousses sortant de terre.

Ce fauteuil compte parmi les meubles les plus importants de la première moitié du XIX ème siècle à la Réunion. Les modèles qui sont à l'origine de ce type de meubles sont français, mais ils se réfèrent au mobilier de style Régency qui est en vogue en Angleterre entre 1820 et 1830.

Les menuisiers locaux adaptèrent le fauteuil aux conditions climatiques tropicales de notre île, en remplaçant le cuir capitonné par une assise cannée. Ce cannage nous vient d'Extrême Orient. Tout le long de l'encadrement de bois, une série de trous sont percés afin d'y faire passer le brin de rotin que des doigts agiles vont canner.

A partir de 1950 ce siège devient comme l'emblème du mobilier créole et le symbole d'un certain art de vivre et d'une certaine aisance. Dans les maisons créoles on trouvera en plus de ces fauteuils, des chaises créoles cannées et faite de bois de tamarin elles aussi. Le fauteuil aura plusieurs variantes, mais la plus courante est de forme basse. D'autres auront des sculptures en partie inspirées de style indo-portugais perpétué par les ébénistes de la Réunion. Comme tout meuble de valeur, le fauteuil créole se transmet de génération en génération.

Tous les ans se tient à La Rivière Saint-Louis, un salon de meubles créoles : Expobois, où tous les artisans peuvent se faire connaître, et ainsi remplir leurs carnets de commandes. Cette localité se veut être " vitrine de l'ébénisterie réunionnaise ". Ce salon est très fréquenté, c'est l'animation de l'endroit. Il permet aux artisans de se démarquer par
rapport à leurs collègues, et surtout il assure la commercialisation de leurs oeuvres.

Dans ce genre d'exposition, on trouvera des meubles de prestige pour le faste, l'élégance, mais aussi des meubles plus modestes usant de matériaux très simples.

Avant l'existence de ce salon, les artisans travaillaient plutôt en circuit fermé, repliés sur leurs habitudes, sur une tradition répétée et souvent monotone. Depuis, ils travaillent en harmonie, et évoluent ; certains font des escaliers en bois noble, d'autres des consoles, des lits-bateaux, des armoires, des bibliothèques et bien sûr, le meuble-roi : le fauteuil créole dont il est question ici.    Chantal .L.

 

N'oubliez pas de laisser votre avis sur ce site dans le livre d'Or  -  Voir plus de photos d'endormi

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/Divers_Discussion_Dossier_024.htm  le 02/10/03